Vous avez dit Ego ?

Qu’est-ce que l’égo ?

Il fait partie du mental.

C’est la représentation, la conscience que nous avons de nous-même, le sentiment que l’on a « d‘être » et « d’avoir ».

Il n’a donc pas d’existence réel, c’est une impression. C’est un processus dynamique qui se construit progressivement et qui donne le sentiment d’individualité.

L’égo est le « moi », « je » …Il se construit au fur et à mesure de notre enfance, notre adolescence. Notamment par le regard que les autres portent sur nous.

L’égo est un processus mental et il nous aide à survivre. Il est donc bon de l’avoir jusqu’à l’âge adulte mais il faut ensuite y prêter une forte attention de manière à ce qu’il soit à sa juste place.

 

Comment faire avec notre égo ?

Une importante erreur serait de vouloir combattre l’égo…cela ne se peut pas puisque c’est « moi, je »…et on ne peut se battre contre soi-même ni contre une illusion. Il faut donc le reconnaître, l’amener dans la lumière et travailler avec lui pour qu’il devienne un allier et non un adversaire. Ce n’est pas un ennemi et ce peut être un formidable ami à condition que nous lui donnions sa juste place. Pour cela il faut reconnaître quand il se manifeste à tort et à travers (avec le jugement par exemple), l’observer, prendre du recul de manière à ne pas se laisser diriger par lui. En se dissociant ainsi de notre égo, nous pouvons prendre ce qu’il y a de positif tout en laissant sa part de négativité.

 

Halte aux possessions !

Ma valeur dépend-elle de ce que je fais ou de ce que je suis ? L’égo nous amène à utiliser de façon abusive le « moi, je » avec une notion d’appartenance : ma maison, mes amis, ma femme, ma ville…, j’ai… et de s’identifier ainsi à nos possessions, à nos actions et non à ce que nous sommes.

Nous cherchons la reconnaissance à travers nos actions et non à travers nos attitudes, nos comportements, notre façon d’être. Et nous nous approprions des choses qui ne nous appartiennent. Nous créons alors un lien de dépendance vis à vis des personnes, des choses, qui vont nourrir et servir l’égo mais qui va également créer de la souffrance à la peur de perdre et à la perte de ces possessions. Cela va nous conduire à l’envie, la jalousie, la haine, l’orgueil

Et si nous redonnions à notre ego sa juste place ?

Nous ne pouvons pas nous débarrasser de notre égo, car il fait partie de nous, de notre mental. En revanche nous pouvons lui donner une place juste et non nous laisser envahir par lui… Comment ? Voici quelques éléments de réponse :

En ne nous identifiant plus à nos possessions. Pour se faire voilà une distinction de langage : c’est ma femme => je suis le mari de…, c’est mon fils => je suis la mère de… Cela permet de faire la différence entre la possession et le sens des responsabilités.

Ainsi les sentiments d’envie, de jalousie, d’orgueil vont diminuer…Nous nous éviterons alors une grande part de souffrance et nous pourrons progressivement accorder plus de valeur à ce que nous sommes plutôt qu’à ce que nous possédons.

Vous constatez d’ailleurs facilement que le bonheur ne tient pas à ce que nous avons comme biens : voiture, dernier jeux…mais que nous sommes beaucoup plus heureux lorsque nous aidons quelqu’un, lorsque nous donnons ou recevons un sourire.

Votre famille, vos enfants apprécient-ils plus de pouvoir avoir ce qu’ils désirent sur un plan matériel ou votre présence à leur côté ? Qu’est ce qui est le plus important à votre avis ? Que vous puissiez leur acheter la dernière console ou que vous jouiez avec eux ?

 

Reconnaitre le discours de l’Ego

Lorsque vous entendez cette petite voix : pourquoi moi ? (Lorsqu’il nous arrive quelque chose de fâcheux) ou pourquoi pas moi (lorsque nous sommes envieux) …c’est celle de l’égo. Dans ces moments vous pouvez en prendre conscience et ne pas vous laisser embarquer par ses doléances.

L’égo condamne, juge facilement et cherche les coupables à l’extérieur.

L’égo veut prouver aux autres sa valeur personnelle, il cherche l’approbation et a aussi besoin de rabaisser les autres pour mieux s’élever. Il a un instinct destructeur.

 

En résumé, pour redonner une juste place à notre Ego

 

  • Arrêter de se comparer aux autres, mais le faire vis à vis de soi-même en cherchant à développer nos aspects positifs et diminuer les aspects négatifs.
  • Limiter les jugements
  • Privilégier
    • L’être à l’avoir
    • L’amour à la haine
    • La compassion à l’indifférence
    • La tolérance
    • La gentillesse
    • La gratitude
    • La générosité

 

7 février 2018

0 réponses à "Vous avez dit Ego ?"

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.