L’intelligence de notre corps

Notre corps possède sa propre intelligence qui n’est pas la même que celle du mental.

Elle est rapide, instantanée, efficace.

Cette intelligence est située dans notre centre de gravité, au niveau de notre ventre. Elle fait référence au système nerveux entérique, deuxième cerveau, ou encore appelé le cerveau des émotions.

Le système nerveux entérique se situe le long du tube digestif, il est formé de plus de 100 millions de cellules nerveuses qui ont la même origine que celle du cerveau.

Ces deux cerveaux sont reliés par le nerf vague.

Etre à l’écoute des messages de notre corps

Lorsque nous arrivons à être à l’écoute de nos sensations, notre ventre nous donne de précieux renseignements sur les situations que nous vivons. Si nous ressentons une sensation de serrement, de fermeture, de répulsion cela signifie que la situation actuelle (ou celle que nous imaginons) n’est pas bonne. C’est l’équivalent du NON

A l’inverse lorsque nous ressentons une sensation d’ouverture, d’attirance, cela signifie OUI.

 

Vous pouvez tout à fait tester cela en imaginant une situation :

Par exemple vous souhaitez pratiquer du sport ou un jogging…avant de le faire interrogez votre ventre : imaginez-vous en train de pratiquer l’activité et voyez ce que cela provoque : serrement ou ouverture ?

Vous pouvez également vous amusez à le faire devant votre frigo pour savoir ce qui vous ferait envie.

Plus vous le pratiquerez sur des choses simples au départ, plus vous serez sensibilisés aux messages que votre inconscient vous enverra à travers votre corps.

N’hésitez pas à le faire dans de multiples occasions et prenez-le comme un jeu, cela vous aidera à apprivoiser les messages que vous envoie votre corps.

Les douleurs psychosomatiques

Lorsque nous ne sommes pas à l’écoute de nos sensations, ou si la situation que nous vivons ne nous convient pas, génère des conflits, des inquiétudes dont nous n’avons pas encore conscience,   notre inconscient par le biais du corps va s’exprimer à travers des tensions, des douleurs, voire même des maladies. Elles sont alors qualifiées de psychosomatiques car les causes sont souvent émotionnelles : « le mal à dit »

La médecine chinoise notamment, a fait une cartographie du corps reliant les organes à des fonctions symboliques. Cela peut être intéressant lorsque nous souffrons d’une maladie de s’interroger sur la fonction symbolique de l’endroit où elle se situe. Cela ne vous parlera peut-être pas au début, mais si vous vous interrogez régulièrement vous pourrez prendre conscience d’une situation qui provoque un conflit interne ou d’une émotion que vous n’aviez pas identifié.

Bien sûr cela n’empêche pas d’aller consulter un médecin et de prendre un traitement mais parfois la prise de conscience peut suffire.

Par exemple lors d’une douleur ou d’une maladie, le simple fait de s’interroger sur sa signification peut l’estomper. Même si la réponse n’arrive pas immédiatement.

C’est quelque chose que je pratique assez régulièrement, dès que je ressens une tension, un mal de tête ou que je souffre d’une infection, je demande à mon corps ce que cela peut signifier. Je lui dis « je vois que tu m’envoie un message que je ne comprends pas encore », la réponse peut alors m’apparaitre rapidement ou beaucoup plus tard, mais le simple fait de reconnaitre la douleur comme étant un message de mon inconscient peut permettre de l’estomper ou de la faire disparaître.

Essayez, bien que cela ne soit pas facile au début et puisse paraitre un peu dingue, je trouve cela assez bluffant !

 

Ecoutez votre corps, faîtes en votre ami, vous formerez ainsi une belle équipe, cela vous permettra de rester en bonne santé et de ne pas laisser s’installer de maladies psychosomatiques.

 

 

29 janvier 2018

1 réponses à "L'intelligence de notre corps"

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.